We en musique : Marguerite Duras

Un soir, j’ai entendu dans le salon de musique du bateau quelqu’un jouer une valse de Chopin. C’était sans doute, à 17 ans, ce qui pouvait me toucher le plus. L’émotion était si violente que je m’en souviens encore, comme si des portes gigantesques s’ouvraient devant moi tout à coup ; et après, pendant des années, j’ai été au concert toutes les semaines. […] J’ai encore le son de la valse à travers le bruit de la mer, le bruissement de l’eau. Je crois que c’était la « Valse au petit chien », une valse assez difficile, la plus belle de Chopin. C’était le premier contact avec la musique et en même temps j’ai compris que je n’en ferai pas, que je n’arriverai jamais à en jouer d’une façon qui me satisfasse.

Marguerite Duras

Rendez-vous initié par le monde enchanté de mes lectures.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s